L’HISTOIRE DU PATRONAGE ESPAGNOL

 

C’est à la Plaine Saint Denis, à deux pas du stade de France, dans le quartier dit de La Petite Espagne, que l’on découvre la Casa de España de la région parisienne, sa chapelle, son dispensaire, son théâtre. Derrière les murs de cette salle de spectacle, nous avons découvert un espace vide, dans lequel silencieusement sommeille un siècle d’histoire.

Dès le début du XXe siècle, les immigrés espagnols, paysans et ouvriers, viennent s’installer à la Plaine Saint Denis pour travailler dans les usines métallurgiques et chimiques de la ceinture industrielle du Nord de Paris. De nombreux hommes venus seuls sont rapidement rejoints par leurs familles. Dés les année 20, la couronne espagnol s’inquiète du devenir de ces ressortissants qui fréquentent quotidiennement les ouvriers syndicalistes, communistes, anarchistes qui peuplent les ateliers de la Plaine. Pour maintenir les migrants dans la foi catholique et la fidélité au régime, la couronne fait l’acquisition d’un terrain a coté des usines et envoie les pères de l’ordre des Clarétains pour y bâtir un patronage. En 1922, est édifier sur cette vaste parcelle une chapelle, Santa Térésa de Jésus, un dispensaire médical et une salle des fêtes, construite par Gabriel Palmer, aumônier du roi d’Espagne.

 

 

OUVERTURE

Pour fêter et annoncer la réouverture du Hogar des Espagnols, les Affranchis et la Manufacture d’utopies de Pantin, dirigé par Jean Louis Heckel, ont organisé les 19 et 20 novembre une lecture marathon de Don Quichotte.

 

 

 

 

 

Télécharger le dossier de presse